WHOLE-PERSON MEDICINE - DAVID E.ALLEN

 

J‘ai trouvé ce livre par pur hasard dans une petite librairie de la ville de Banos en Équateur et je me suis laissé tenter sans trop savoir à quoi m’attendre. 

Le sujet : revenir à une médecine complète c’est à dire traitant aussi bien les besoins du corps que de l’esprit.

POINT HISTOIRE

Premières médecines 

>Période religieuse et magique.

La médecine est liée à la religion et la magie.

animisme = les maladies sont causées par des démons/forces surnaturelles et sont soignées par des rituels. 

 

>Période Hippocrates (-460 av. JC)

observation=science (découverte de la malaria, fièvre, épilepsie) ; accord avec la nature=bonne santé ; les bases de la médecine moderne “Nature heels, the physician is only nature’s assistant.”

 

>Période Biomédicale 

1543=révolution copernicienne ; livre d’analyse du corps humain “Fabrica” de Vesalius ; retour au mode d’observation grec ; la médecine s’écarte progressivement de l’église ; 16e siècle=William Harvey découvre la circulation sanguine

 

OBJECTIF

->>>  Vers une médecine qui se concentre sur la santé et non sur les maladies.

 

>La médecine devient uniquement lié à l’anatomie et à la psychologie (modèle biomédical).

>On devient des experts pour traiter les maladies mais oublie comment soigner les gens au sens large.

>La santé est lié au mode de vie des gens.

>Il y a un besoin d’éduquer sur la santé.

>Les médecins doivent avoir de l’empathie.

 

RESPONSABILITE ETHIQUE DU MEDECIN

“The reciprocal ability to see in each other the person, the shared human qualities which go deeper than any differences, is the essential ingredient for truly informed consent and a trusting relationship between patient and health pro.”

 

Si le traitement proposé ne conviendrait pas au médecin si il était à la place du patient alors c’est qu’il ne convient pas au patient non plus == RECIPROCITE.

 

>RAISONNEMENT MORAL<

Le médecin est confronté à 2 conflits moraux :

1- utilité social : sacrifié un groupe pour un autre ‘supérieur’ (singes, noirs, handicapés…)

2- valeur égale de la vie : le but d’un médecin est de permettre à son patient d’exister et d’avoir une dignité, des droits humains. L’objectif n°1 d’un médecin est de considérer son patient comme un membre à part entière de la communauté humaine.

 

COMPASSION -> relation égalitaire entre docteur et patient.

 

TENSIONS 

//entre l’objectivité scientifique et les valeurs de la médecine intégrale.

 

“Science thus came as outgrowth of religious concern, not as a competitor but rather as a complementary activity to enlarge our view of god’s creation.”

 

VUES COMPLEMENTAIRES DE LA REALITE

>Le poète dit : “A rose is a rose is a rose.”

>Le théologiste  dit: “A rose is God’s herald of summer.”

>Le scientifique dit: “A rose is a part of the rose plant that bears the reproductive apparatus, stamens, pistil, petals…”

= toutes ces phrases sont des descriptions d’une rose. Chaque description donne une vue différente de la réalité. 

 

L’ARROGANCE DE L’OBJECTIVITE SCIENTIFIQUE

1-Seul les faits scientifiques sont valides 

2-Les faits scientifiques sont impersonnels

3-Seul la méthode scientifique est valide pour découvrir la vérité

4-Les choix personnels, experiences subjectives et l’état d’esprit sont sans intérêts.

= opposition à la médecine intégrale.

 

ARTICLE // “The concept of truth in the natural sciences” – Walter Thorson

>>>Même la vérité scientifique rassemble un dévouement personnel : “a passionate contribution in the personal act of knowing”

 

L’existentialisme moderne = pur subjectivisme = on donne du sens à ce que l’on lit si l’on réagit à ce qu’on lit =/= objectivisme 

 

CONSEQUENCES NEGATIVES D’UNE VUE UNIQUE DE LA VERITE 

//Les étudiants en médecine s’intéressent uniquement à la médecine en elle même et non à l’éthique, aux valeurs morales par exemple. Ils ont une vision singulière de la vérité “seul la vérité scientifique serait efficace!”

 

Vers une intégration de la médecine et de la prière -> L’homme en tant que création de Dieu a une nature physique et spirituelle. 

Le modèle de la médecine biomédicale prend ses racines durant la renaissance avec l’Eglise et le dualisme corps/esprit -> l’autorité religieuse acceptait l’étude du corps humain mais interdisait l’investigation de la pensée humaine et son activité -> le corps était comme une machine à réparer.

/// On commence à comprendre que la santé est un mélange de facteurs physiques, environnementaux, émotionnels, sociologiques et spirituels. Il ne faut pas ignorer certains facteurs car ils sont tout simplement plus ‘mystérieux’ que d’autres. 

 

PENSEES DU FUTUR

//L’espérance de vie a augmenté car la mortalité infantile a baissé et non car les +65 ans vivent plus longtemps (l’espérance de vie des +65 n’a augmenté que de quelques années).

//La moyenne d’âge maximum de vie n’a pas vraiment augmentée car la médecine moderne n’arrive pas à vraiment guérir les maladies chroniques dégénératives.

//Enfaite dans quelques années on vivra de plus en plus longtemps en bonne santé (mais l’âge de la mort ne va pas significativement augmenter).

 

BILAN

Il faut voir la santé comme issue d’un mode de vie sain influencé par la nutrition, l’environnement et le comportement et non comme quelque chose à recevoir d’un guérisseur.